En l'honneur du Mois national de la sensibilisation à l'emploi des personnes handicapées d'octobre, l'INCA lance une campagne Sur l'employabilité , appelant les employeurs à regarder au-delà des idées fausses sur l'embauche de personnes aveugles ou malvoyantes.

La perte de vision peut arriver à n'importe qui, à n'importe quel âge – et quand elle le fait, elle peut avoir un impact grave et négatif sur le potentiel d'emploi. À un demi-million et en croissance rapide, les Canadiens aveugles ou malvoyants représentent une partie importante de la population du pays. De ce nombre, plus de 100 000 sont des adultes en âge de travailler. Le taux d'emploi chez les Canadiens ayant une perte de vision est étonnamment bas : 38 % contre 73 % pour les personnes non handicapées. Et environ la moitié des Canadiens aveugles ou malvoyants vivent avec un faible revenu de 20 000 $ par année ou moins.

Selon un nouveau sondage Ipsos, 70 pour cent des Canadiens disaient que, s'ils étaient confrontés à deux candidats qualifiés qualifiés, ils embaucheraient un candidat voyant plutôt qu'un candidat aveugle. Cette iniquité est enracinée dans des idées fausses et des stigmates largement considérées au sujet des capacités perçues des personnes aveugles. Les obstacles à l'emploi sont enracinés dans le manque d'expérience de travail avec une personne ayant une perte de vision, ainsi que dans le manque de compréhension de la façon dont une personne ayant une perte de vision effectue son travail.

Aujourd'hui, travailler avec un collègue aveugle ou malvoyant n'est vraiment pas différent de travailler avec quelqu'un d'autre. Les personnes ayant une perte de vision réussissent un large éventail de carrières, y compris dans des domaines tels que les sciences, le droit et la technologie.

« Les progrès de la technologie et de la formation en mobilité ont fourni les outils et les techniques nécessaires pour que les personnes aveugles ou malvoyantes, comme moi, fassent le travail un peu différemment de nos paires voyants, mais tout aussi efficace », a déclaré Diane Bergeron, directrice générale, Relations stratégiques et engagement de l'INCA. « Il est temps que les employeurs admettent que nous sommes tout aussi capables et compétents que nos collègues voyants. »

La campagne EmployAbility de l'INCA présente une série de programmes d'intérêt public qui remettent en question les idées fausses sur ce que c'est que de travailler avec une personne ayant une perte de vision. Les APS, rendues possibles grâce au financement du gouvernement du Canada, mettent en vedette de vraies personnes aveugles jouant des rôles, et non des acteurs, et ont été produites par une agence de communications marketing de renommée créative et reconnue à l'échelle internationale, DDB Canada. Grâce à un vaste processus d'audition, Fred LeBlanc, un ancien pompier qui a perdu la vue dans ses années 40 et utilise maintenant une canne blanche, et Shelby Travers, une étudiante en relations publiques qui utilise un chien-guide, ont été castés dans les spots télévisés anglais.

« Toutes les personnes sont confrontées à des problèmes liés au travail et certains employeurs supposent à un délit que les personnes ayant une perte de vision éprouvent plus de problèmes que les voyants », explique Dean Lee, directeur exécutif de la création, DDB Canada Vancouver. « La création intelligente et simple décrit les défis communs en milieu de travail et joue sur les attentes et les idées préconçues que l'INCA tente de changer. »